Accès rapide : Aller au contenu |  Aller au menu |  Texte seul |  Aide  |  Contact |
bandeau-decoration
La Voie Citoyenne

Accueil > Communiqués & réactions > West-Country : Un abandon en rase campagne

West-Country : Un abandon en rase campagne

Mis en ligne le mercredi 18 mars 2015

West-Country : Un abandon en rase campagne

Le 13 mars 2014 en pleine campagne électorale des municipales, Alain Hunault annonçait l’arrivée du West Country à Châteaubriant et se réjouissait de cet “événement majeur sur le plan économique pour la ville et pour le territoire”. Ce festival a bénéficié d’un soutien remarqué de la collectivité avec la mise à disposition d’agents municipaux pour un montant estimé par le service finances de la ville à 12000 euros, une mise à disposition gratuite du terrain de la foire, une subvention de 5000 euros versée par la communauté de communes. Michel Hautbois, fondateur et président du festival, est même invité à l’inauguration de l’Office du Tourisme et reçoit la médaille de la Ville des mains de M. le Maire. L’événement devait s’ancrer à Châteaubriant “pour plusieurs années”, selon Alain Hunault. En septembre 2014, la municipalité dresse un bilan élogieux, annonce dans Inter’Mag les dates de 2015 et indique sur le site internet de la ville que le festival “ a remporté le succès escompté et a atteint son objectif de 30 000 visiteurs ...”. Aujourd’hui, le maire laisse entendre que les chiffres du mois d’août ne sont pas vérifiés ni vérifiables, au point qu’il vaut mieux mettre ce festival aux oubliettes !

Dès l’annonce de cette promesse de campagne électorale, nous avions réagi dans ces termes :
“ La voie citoyenne, espère que les citoyens ne sont pas dupes des manoeuvres grossières et des annonces qui s’empilent en pleine campagne électorale. L’objectif est de servir la candidature du maire à sa propre succession. On plaque un festival sans même se poser la question de l’image que l’on veut renvoyer, sans connaître les conditions de financement et de mise en oeuvre. Ces méthodes sont décidément effrayantes”.

Nous ne pensions pas si bien dire.

Bernard Gaudin, Marie Humeau, Nelly Boucherie